• Sandrine Demers

L'humanité, une rareté...


«J'ai tapé ton coeur à ta poitrine , car ,un nombre interminable de fois, tu es partie sans lui. J'avais pensé le brocher , mais j'aurais abîmé ton empathie pour les autres et si je l'avais cloué j'aurais transpercé toutes les chances que tu avais d'être moins égocentrique. En apposant ton coeur avec du papier collant , je me permettais une certaine approximité avec lui sans pour autant le brusquer. En le tapant habilement , j'ai éviter de laisser des cicatrices égratigner ton amour propre. Tout de même ,je voulais m'assurer que si tu avais l'intention de l'arracher pour y donner congé, tu penserais à la douleur que ça te causerait et tu renoncerais au projet.Tsé, ce n’est pas méchant ,au contraire, je tiens à toi et à ton humanité . De nos jours, ce n’est pas donné! Je veux que tu t'estimes chanceux d'en avoir hérité .»


0 commentaire

Posts récents

Voir tout