• Sandrine Demers

Flate comme du Pepsi dépassé minuit


Je suis comme le dos d' une cuillère

Je vois le monde tout à l' envers

La main sur le cœur

Mais les deux pieds ancrés sur terre

Pas moyen de décoller

Jamais dans la lune ou à-côté

Le ciel est loin d'être la limite

Le plafond c'est pas mal le top

Même marcher sur le toit

C'est se dessiner une moustache comme les mafieux et jouer avec le feu

À roche, papier, ciseaux j'ai peur de m'y couper

Je vois fréquemment le revers de la médaille

Je ne vois pas ce qui brille

Je vois ce qui fait mal

Malaisé par le succès

Les gens vantards me déplaisent

Angoissé par la chute

Je me fixe des projets pas trop élevés

Comme cela, déception limitée

Plus facile de s'y relever

Plusieurs me disent pessimiste

Moi j'intitulerai cela être réaliste

De A à Z j'ai des plans B

Si ce mode de vie te convient

Je te réserve une place entre T & V

Nous visionnerons les chances que j’ai manqué de m'épanouir, bien écrasés dans le creux d’ U en Union avec l'ordinaire.

Même ce point détient plus de caractère que cette vulgaire frousse qui me pousse à bout!


0 commentaire

Posts récents

Voir tout