• Sandrine Demers

Notre amour météore


Ça brûle fort par ici

Les tisons avaient percé mes pores encore brûlants de ton corps tisonnier

J’aimais les observer mourir dans le ciel, des parcelles de notre amour s’effritant entre la lune et les étoiles

Ça donnait à nous des proportions intergalactiques

C’est fou de penser que l’étincelle qui ne cesse de grandir en moi est née de ton sourire crépitant et de tes yeux noisette

C’est fou de penser que cette étincelle éclaire maintenant le ciel à la brunante

Même si tu fais couler le chagrin à flot

Tu ne fais pas mouiller les allumettes

C’est un spectacle pyrotechnique tomber en amour avec toi

Les allumettes me rendent maintenant perplexe

Un peu comme toi et moi

Tantôt, elles se côtoient sans flammèche

Tantôt, elles s’embrasent sans lendemain

Pouvant incendier la ville en un seul frottement

Un peu comme toi et moi

Tout à fait comme toi et moi

Je ne sais pas si j’aime ça, si j’ai peur ou si je devrais me munir de vêtements inflammables

Je sais seulement que je t'aime gros comme le soleil et tous ses voisins et que j'ai pris goût aux feux d'artifices que créent nos cœurs quand ils sont emmaillotés

Nous sommes de beaux combustibles


0 commentaire

Posts récents

Voir tout