• Delphine Gironne

Phénomène fantôme


On s’est écrit, on s’est vu, à plusieurs reprises, on s’est fait du bien, puis plus rien.


Du jour au lendemain, plus de réponses, plus de messages, aucune nouvelle…


Sans préavis, sans explications, sans même une discussion tout s’arrête.


Comme si rien ne s’était passé entre nous, comme si tout cela n’avait été qu'un rêve.


Je ne dirais pas que j’ai de la peine, car ce n’était pas de l’amour, du moins pas pour le moment.


Mais j’ai tout de même beaucoup de difficultés à comprendre cette disparition soudaine…


Nous sommes des adultes, il me semble que tout s’explique et se dit en utilisant les mots adéquats.


Il n’y a rien de pire que de se faire ghoster, mais il faut croire que c’est la nouvelle mode en cette ère des réseaux sociaux. Un geste d’une lâcheté, si facile à poser qu’il en devient même routinier pour plusieurs.


Se cacher derrière son écran devient une échappatoire facile.


Disparaître comme un fantôme est probablement plus simple que de s’expliquer, se justifier et devoir faire face à ses émotions.


Toutefois, pour la personne qui fait face au fantôme, la situation est encore plus épeurante.


Les questions et le doute fusent de partout, puis on finit par passer à autre chose sans avoir plus de réponses.


Et la vie reprend son cours, jusqu’à l’arrivée d’un prochain fantôme.


Je n’ai jamais vraiment eu peur des maisons hantées, car je savais qu’au moins elles, elles ne brisent pas les cœurs.


Rédigé par : Delphine Gironne

Révisé par : Gabrielle Landry-Demers

0 commentaire

Posts récents

Voir tout