• Raphaëlle Martineau

S'étouffer avec 2020.



Je me suis étouffée avec une bulle de champagne à 0 h 01. Clairement 2020 a décidé d’être difficile à avaler jusqu’à la dernière minute. Après, le gin m’a aidé un peu à ce que 2020 devienne plus facilement 2021.


Je ne parlerai pas de résolutions dans ce texte. Je ne les tiens jamais vraiment et, de toutes façons, toi non plus. Non, ce texte ici s’adresse à toi et aux autres, qui comme moi, ont la chance de faire partie de la majorité — je n’ai pas dit privilège, parce que dès l’emploi de ce mot vous vous braquez ou vous fermez vos oreilles avec du béton—.


Ce texte n’est pas une attaque, personne n’est parfait à commencer par moi. Par contre, je pense que pour commencer 2021 comme il se doit, je dois m’adresser à vous la majorité blanche.


2020 a été une des années les plus anxiogènes pour moi et j’ai un cerveau d’anxieuse et d’overthinker, ce qui je trouve en dit long sur cette année, reste que j’ai eu accès et été beaucoup plus privilégiées que d’autres. J’ai essayé d’utiliser ces privilèges aux mieux de mes connaissances et avec, je l’espère, un bon jugement. Toutefois, il me reste tellement à apprendre.


Je ne sais pas pour toi, mais 2020 m’a fait remettre en question, souvent, m’a appris à me taire quand ma voix n’a pas sa place (ici comprendre quand tant que femme blanche et cis, y’a des débats où ce serait vraiment pas approprié que je me prononce) et j’ai continué à reconnaître quand j’avais tort et de faire les démarches pour réparer les dégâts causés par moi, notre génération et celles d’avant.


Là où je veux en venir, c’est qu’on a encore tellement de chemin à faire et je veux m’adresser à toi, la majorité, parce que je pense qu’il y a certaines choses que tu n’as peut-être pas compris ou voulu comprendre.


Éduquons-nous.

Comme du monde et surtout, SURTOUT en faisant nous-même nos recherches (si tu lis jusqu’à la fin je t’ai mis une liste de mon cru à moi et mon amie Justine, sens toi libre de l’utiliser), parce que les personnes racisé.e.s ne sont pas Google ni des professeur.e.s.

On a tous des questions sur plein de sujets dans la vie et c'est normal, seulement comprend que ce n'est pas leur rôles de nous éduquer, faisons nos recherches et trouvons des réponses sans ajouter un poids sur leurs épaules. Allez voir la liste en bas est un très bon début (en passant) !


Apprenons à nous taire pour de vrai et à vraiment écouter les minorités.

Ici, je m’adresse à ceux et celles qui n’écoutent qu’à moitié ou qui font semblant d’entendre les voix qui souvent ne sont pas écoutées.

La gang, on entre en 2021, faire la sourde oreille est-ce qu’on peut laisser ça en 2020 ?

La voix de la majorité blanche est vraiment trop bruyante, encore plus lorsqu’elle devrait se taire. Je pense pas avoir besoin de donner d’exemples, mais en voici un quand même: si une personne faisant partie d’une minorité te dis ce qui ne fonctionne pas dans le système, au lieu de t’obstiner et dire que c’est faux, écoute et tais-toi, parce que cette personne vit les failles du système, failles que nous ne voyons pas en tant que majorité

­— autre chose à travailler, voir et comprendre le racisme systémique —. Ce n’est pas notre place de diminuer ou amoindrir le sentiment d’injustice que les minorités vivent, au contraire, taisons nous pour que leurs voix se fassent entendre et surtout soyons derrière eux.elle.s pour les soutenir.


Reconnaissons lorsque nous avons tort.

Cela demande beaucoup d’introspection de reconnaître et d’avouer qu’on a tort. C’est pas facile, cela te confronte dans l’idée que tu as de toi-même, mais c’est nécessaire justement parce que ce ne sont pas des choses faciles, je le sais parce que je travaille sur ça moi aussi. À ceux et celles qui au lieu d’accepter leurs erreurs et de faire les démarches pour réparer les dégâts (allo aux croyant.e.s du racisme inversé), je vous souhaite en 2021 de vivre quelque chose qui vous ouvrira les yeux, de la bonne façon et qui vous amènera à devenir des meilleures personnes.


Pour 2021, pouvons-nous — encore ici je m’adresse à la majorité blanche — être solidaire pour de vrai, sans victimisation, sans se regarder le nombril, être là pour de vrai pour les minorités, et se tenir debout derrière eux.elles pour initier des changements concrets qui resteront dans les prochains chapitres.


Je ne suis pas parfaite mais j’essaye, en maudit, d’être meilleure. 2020 n’a été qu’un chapitre, le livre est loin tellement loin d’être fini. Essayons, nous la majorité, de faire tourner le vent du bon bord.

Me semble qu’à la gang qu’on est, on serait capable.


Pour les gens des minorités, personnes racisé.e.s, LGBTQ+, les personnes en situation d’handicap, si je peux vous aider de quelconque façon à vous enlever un peu du poids que vous avez sur les épaules, ma messagerie est ouverte, toujours et tout le temps.


2021 est là, on a encore le temps de faire bouger les choses.


Mes suggestions pour t’éduquer

Liens Web

https://crooked.com/podcast-series/pod-save-the-people/

https://voir.ca/balados/heritage/

https://inm.qc.ca/nousautres/

https://www.instagram.com/sansblancderien/?igshid=fyklhpxu2wwt

https://briserlecode.telequebec.tv/

https://open.spotify.com/show/5yfcQTCZnQGH6PSnW2c6R4?si=XUVxmRT0TIehkg_MHwMMTw

https://instagram.com/decolonisonsnous?igshid=1tmxg0uq4sxx1

La série Moutons Blancs sur Netflix

Livres

Qu’as-tu fait de mon pays – AN ANTANE KAPESH

Shuni – NAOMI FONTAINE

Folles, Frues, Fortes – Sous la direction de MARIE DEMERS

Policing the Black Man (livre en anglais) – ANGELA J. DAVIS

So you want to talk about race (livre en anglais) – IJEOMA OLUO

Why I’m no longer talking to white people about race (livre en anglais) – RENI EDDO-LODGE


Rédigé par : Raphaëlle Martineau

Révisé par : Gabrielle Landry-Demers


0 commentaire

Posts récents

Voir tout