• jmathieu7

Le manque



Il y a le manque et toi. Partout.


Dans chaque pas où j’ai reculé plutôt qu’avancer. Dans chaque instant. Chaque bonheur euphorique de te voir. Chaque sourire effacé ou retenu. Chaque soupir murmuré. Chaque peur qui m'a fait vaciller. Celles qui m’ont empêchée d’être moi-même devant toi.


Le manque est là.


Dans des paroles jamais dites. Dans la froideur ou l’impassibilité d’un regard plutôt que sa chaleur. Dans chaque silence intraitable. Dans chaque moment où je me suis dit

« J’aurais dû ». Dans toutes les fois où j’aurais dû te regarder. Ressentir. Ressentir des vagues grandioses et houleuses, des élans, des incendies qui ne peuvent pas s'éteindre.


Toutes les fois où j'aurais voulu aimer.


Mais le manque est là.


Particulièrement en ce jour où je t’ai laissé partir et que tout s’est dissipé. Où j’ai fermé mon cœur plutôt que de le laisser s’épancher. S’épanouir. S’ouvrir. Respirer. Tu n’es plus là. Tu existes ailleurs, et plus ici et maintenant.


Partout. Il y a le manque. Dans chaque tango du doute dansé.


Rédigé par : jmathieu7

Révisé par : Gabrielle Landry-Demers

0 commentaire

Posts récents

Voir tout