• Sandrine Demers

Le vent fait son frais


Le vent aime faire son frais

Il m'intimide à l'occasion

Lorsqu'il ébouriffe violemment les branches et les feuilles non-consentantes

Ainsi que ma crinière

Que j'essaie souvent de dresser

Puis que le vent laisse envoler tout espoir de la rescaper

Qu'il vient du Nord, du Sud, de l'Ouest ou ben de l'Est

Il se permet de faire son frais

De décorner les bœufs

Pis de donner des airs de bœuf aussi à ceux qui s'y prennent au jeux

Il nous suit de près

Prêt à nous surprendre à tout coup

Comme lors d'une partie de trou de cul

Où les cartes virevoltent dans l'air

Pour déstabiliser les adversaires

Ou lors de sessions d'étude intensive

Òu toutes les notes de physique

Partent au gré du vent

déjouant les lois de la gravité

Mais nous ne répliquons pas

Lorsqu'on a le vent dans les voiles

Lorsqu’il nous amène vers de nouveaux horizons

Ou nous fait toucher les étoiles

Pauvre vent souvent blâmé

Rappelons nous

Ce cher vent n'amène pas seulement des vents de contestations

Il permet aux moulins de mouler leurs grains

Pis au frais chier de faire moins leur fin

Le vent

Faut l'apprivoiser

Pis, par précaution, attacher sa tuque avec de la broche

Pis comme on dit: « autant en emporte le vent! »


0 commentaire

Posts récents

Voir tout