• Sandrine Demers

Ta douloureuse absence


Tu as troqué ton corps contre du vent

Une brise d’air frette comme ça pas de bon sens

Ça me glace tout, surtout le sang

Ma peau est tachée de tes caresses

Ça brûle lorsque mes larmes touchent les pores de ma peau

Comme si elle aussi était en deuil de toi

L’écho est gêné de faire résonner ton nom, car elle me donne l’espoir de ton retour

Après mes cris désespérés, les oiseaux ont cru bon arrêter de chanter

La joie de vive n’était définitivement plus la bienvenue

La fête est finie, je pleure les confettis et les feux de Bengale de ton gâteau ont pris l’eau

De toute façon, le crémage goûte l’amertume et je n’ai pas vraiment envie de me sucrer le bec

S’te plait reviens

Je te promets que ça serait moins laid

Je demanderais au soleil de te garder sous ses rayons pour que ton cœur ne prenne jamais froid

J'ôterais avec une grue s’il le faut, la lourdeur qui pesaient sur tes épaules frêles

Je ferais en sorte que tu réalises l’être humain merveilleux que tu es, que tu étais

Si seulement je pouvais te ramener avec moi et te garder à l’abri des hommes et de leurs maux, mais ça d’lair que ta décision était déjà prise

Tu as pris un aller simple pour ne jamais revenir

Tu n’es même pas revenu chercher tes clés parce que pour la millième fois tu les avais encore oubliées

Mais c’est correct au fond, je sais que ce n’était pas pour me faire bobo seulement mettre un diachylon sur tes blessures qui au final était beaucoup plus profondes

Le gros bout du bâton c’était toi qui l’avais, en effet, mais ne crois plus jamais que tu le tiens tout seul, car tout ce temps nous étions sur la pointe des pieds tenant l’autre bout à bout de bras.

Parce que même si tu te sens seul, tu l'es jamais:

1-866-277-3553

https://www.aqps.info/besoin-aide-urgente/


0 commentaire

Posts récents

Voir tout