• Annik Gélinas

Folie des mondes


Dans un monde de folie,

N’y aurait-il pas espoir à la vie ?

Pour un gosse au chromosome imparfait,

Ne naîtra jamais la révolte ou la haine.


Jalousie, trahison, guerres et mondes,

Pour lui, ...sans façon.

La vie est courte,

La vie est belle,

Je suis content de te voir,

Tu fais sourire mon âme.

Des dirigeants trop bien célèbres auront dicté :

Que les différents soient retirés ! 

Oubliez-les, enfermez-les, avortez-les !

Décidons d’une seule et unique perfection.

Du vrai et du faux décidons...



Que ceux qui n’arborent nos couleurs s’écartent.

De là naîtront groupes, croyances, frontières, idolâtres.

Quel vrai règnera ?...

Quel faux s’effacera ?...

Puis ces êtres toujours heureux

Continueront de sourire.

À toi et tes soucis,

Semblant te dire

Pourquoi pleures-tu ?



C’est d’être un génie que de les suivre.

Imaginez l’absurdité

Qu’ils te ramènent au droit chemin.

Bien sûr avec tristesse je leur répondrai...

Que je pleure les leurres

De ces grands manipulateurs.



Dictateurs fous ils ont été, sont et seront à la source.

Ne voulant pour sûr qu’avoir raison.

Même faussement et oh bon sang que pour faire mousse.

N’est-ce pas extrême fabulation ?

En y réfléchissant bien, ...parce que je ne fais qu’y réfléchir...

Même abrutis des règles qui nous sont dictées.

Ne voulons-nous pas, vous, moi et les autres,

Se reconnaître parmi les travers et les fausses vérités ?



S’aimer tous ensemble et se tendre la main,

Se regarder dans les yeux et croire en de meilleurs lendemains,

Est-ce tellement cliché ou un rêve encore possible ?

Un souhait tant espéré peut-il devenir accessible ?



Ouf... Au bout du compte, je tourne en rond.

Mais j’aime bien croire, me questionner et me dire qu’au fond,

Même dans le doute, dans les moments sombres, gais ou gris,

Tout un chacun, monde d’ailleurs et d’ici,

À chaque petit réveil au matin,

Il y aura toujours des êtres bons, vivants d’espoir et surtout...

Tout simplement humains !


Rédigé par : Annik Gélinas

Révisé par : Gabrielle Landry-Demers


0 commentaire

Posts récents

Voir tout