• Sandrine Demers

Je ne suis pas waterproof.

Dernière mise à jour : 17 août 2020


Je valse avec l’averse

Pendant que le torrent se déverse

Je me laisse abreuver

Je laisse la pluie me fondre dans la masse

Les bouts des doigts en champlures

Les écureuils aux creux de mes bottines

Récoltant l'élixir de mes majeurs

Gracieuseté de ma mère, son ventre douillait et de mère nature

Mère nature, c’est elle la big boss des champelures

Mirage de moi-même dans les creux des trottoirs

Assez creux et sombre pour brouiller du noir

Un torrent rétrospectif

Un torrent qui me donne une crampe de pied direct au cœur

La pluie fait sa thérapeute, une fois de plus

Petite insolente et péteuse de broue

Pour qui elle se prend!

Je ne me laisserais pas avoir au jeu des émotions pognées dans gorge

Elles ne dépasseront pas la limite de la trachée promis jurée trachée.

Chandail de piscine olympique

Mouillé de tristesse?

Mouillé de l’averse?

Mouillé parce que tu sais pas boire?

Petite culotte de melon d’eau,

Juteuse d’envie ou juteuse de pluie?


Le mystère du déluge.


Crédit photo: Marie-Joëlle Dionne

0 commentaire

Posts récents

Voir tout