• Delphine Gironne

L'attente de l'amour


Attendre, espérer et rêver à l’amour. Quoi que je fasse, c’est toujours dans mes pensées, cela me hante tellement que je ne sais pas si c’est positif ou négatif.


Quand je regarde autour de moi, je ne vois que des couples heureux, des amies enceintes, des familles qui se forgent et qui sont remplies de bonheur. Puis, il y a moi en retrait, toute seule à essayer de comprendre pourquoi cela ne m’arrive pas à moi. Dans ma tête, je serais rendu à ce stade-là aussi, mais le principe de l’amour semble fonctionner pour tout le monde, sauf pour moi. Je ne sais pas si c’est quelque chose qui cloche chez moi ou si c’est simplement moi qui ne comprends pas bien le concept de l’amour…

À chacune des rencontres de la gente masculine que je fais, je me pose des milliers de questions, je remets tout en question, mais j’ai souvent très peu de réponses. Je m’attarde à tous les petits points qui me chicotent sans profiter pleinement du positif. Je repasse tout sans cesse dans ma tête afin de rationaliser et de m’assurer que je fais les bons choix. Ce n’est pas totalement mauvais en soi, mais cela gâche parfois certains moments. Je travaille sur cet aspect (profiter de ce qui passe) depuis quelque temps, mais quelquefois j’ai l’impression que cela fait que je me mets moi-même entre parenthèses… Je ne vois que les aspects qui me plaisent en laissant de côté ceux qui me dérangent et qui me sont fondamentaux.

L’amour devrait pourtant être simple et heureux, mais pour moi c’est plutôt complexe et décourageant. Si le garçon du moment a le malheur de dire les mots que je veux entendre et de me démontrer que je suis belle et intéressante, c’est foutu je tombe en amour avec l’idée de l’amour. Quitte à passer à côté de mes désirs et mes choix personnels, je plonge tête première. C’est à ce moment que je me dis souvent que je suis peut-être en train de perdre mon temps et de passer à côté du bon en profitant du moindre bonheur que j’ai avec un autre, mais qui je sais ne sera fort probablement pas l’homme de ma vie. Mon côté rationnel vient me dire que ces expériences sont nécessaires pour tracer le chemin vers le bon, mais je préférerais qu’il n’y en ait pas trop non plus.

Le temps passe, je vieillis et mes idéaux ne sont pas atteints. J’ai l’impression que je veux tellement être en couple et que ce soit le bon immédiatement que j’en perds de vue l’essentiel. Toutefois, conséquemment, je m’éloigne du principe de l’amour en faisant cela. L’amour c’est accepter l’autre tel qu’il est, être bien avec la personne et entrevoir un avenir avec celle-ci. L’amour ce n’est pas quelque chose qu’on peut nécessairement expliquer et prévoir, cela arrive sans qu’on s’en attende. Par contre, je crois bien que rendu à 26 ans j’ai quand même le droit d’avoir hâte que ce moment arrive enfin et de me garder une légère réserve face au concept de l’amour.


Rédigé par : Delphine Gironne

Révisé par : Gabrielle Landry-Demers

0 commentaire

Posts récents

Voir tout